menu
Partager

Comment analyser un poème

 
Par Alexandra Prado. Actualisé: 3 juin 2021
Comment analyser un poème

Un poème est une œuvre littéraire généralement écrite en vers ou bien en prose poétique. Si vous êtes amené à analyser un poème, lors de votre première lecture, nous vous recommandons de le lire avec votre cœur, vos émotions et vos sentiments, mais sans approche analytique. Cela vous sera utile pour une partie de votre réflexion, puisque la poésie exprime et cherche à transmettre des émotions et à éveiller l'imagination du lecteur.

En ce qui concerne l'autre partie de la réflexion, vous devrez faire appel à votre capacité de raisonnement. Il vous faudra décortiquer le poème, l'analyser, repérer ses différentes parties et en donner votre interprétation. Par ailleurs, il sera important de mentionner certains aspects de la vie de l'auteur, le contexte de son époque et son style poétique. Vous pourrez ainsi relever le défi que représente l'analyse d'un poème, aussi bien pour un travail universitaire que pour le plaisir.

Mais nous savons que ce n'est pas quelque chose de très facile, et c'est pourquoi, chez toutCOMMENT, nous souhaiterions vous partager toutes nos astuces pour que vous sachiez comment analyser un poème de manière simple et ludique.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Comment analyser un texte littéraire

Comment analyser un poème : La métrique

Pour analyser un poème, il faut le découper en plusieurs parties et procéder du plus petit au plus grand. Les poèmes sont composés de strophes, et les strophes sont composées de vers. Une fois qu'on sait comment analyser les vers d'un poème, on peut poursuivre avec les strophes.

Pour ce faire, la première chose à faire est de faire une analyse métrique du poème, qui consiste simplement à analyser le nombre de syllabes de chaque ligne et comment elles ont été utilisées dans le poème. Même si l'analyse métrique d'un poème est basée sur l'orthographe, celle-ci influence la sonorité des vers.

Il existe deux types de syllabes que l'on peut trouver dans les poèmes. Les syllabes phonologiques sont l'unité du langage qui exprime un ou plusieurs sons regroupés en un seul de sonorité plus importante. Les syllabes métriques, en revanche, sont prononcées d'une seule voix et sont toujours formées d'un son vocalique avec un maximum de trois voyelles.

Quand on analyse un poème, il arrive souvent que les syllabes métriques et phonologiques coïncident, mais cela n'est pas toujours le cas. Pour garder la même quantité de sons et la même sonorité, on utilise des licences poétiques.

Les licences poétiques sont des procédés qui permettent d'utiliser la même quantité de syllabes dans un vers sans tenir compte des règles de la langue. Chaque licence comporte un ensemble de règles, d'exceptions et de détails importants qui vous aideront à analyser la ligne. Ce sont les différents types de licences poétiques que vous pourrez retrouver dans votre poème pour faire votre analyse métrique :

La diérèse

c'est une licence poétique qui apparaît lorsqu'une diphtongue est rompue pour transformer une seule syllabe en deux syllabes distinctes. Cela entraîne une altération de la prononciation normale d'un mot.

Exemples de mot qui peuvent subir une diérèse : lion, purifier, buée, violet, etc.

Voici quelques exemples de diérèses :

La Révolut-i-on leur criait : "Volontaires (Victor Hugo)

Le vi-o-lon frémit comme un cœur qu’on afflige ; (Charles Baudelaire)

Va te pu-ri-fi-er dans l’air supéri-eur (Charles Baudelaire)

La synérèse

Cette licence poétique permet de lier les voyelles d'un hiatus, en créant ainsi une diphtongue artificielle dans le but de rassembler, en une seule, deux syllabes du vers. En termes plus simples, c'est lorsque deux voyelles fortes de deux syllabes phonologiques différentes sont réunies.

Exemple :

Tout m'afflige et me nuit, et conspire à me nuire. (Jean Racine)

L'élision

C’est une forme particulière de la synalèphe, c’est-à-dire la prononciation en une seule syllabe de deux voyelles à la suite mais qui sont situées dans des syllabes différentes (hiatus). La synalèphe n’existe pas vraiment dans la langue française, mais elle est beaucoup plus présente dans d’autres langues latines comme l’espagnol et l’italien.

L’élision en français est l’effacement d’une voyelle qui se trouve à la fin d’un mot au profit de la voyelle qui commence le mot suivant.

Exemple :

« Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle » (Pierre de Ronsard)

Quand vous serez bien vieill(e), au soir, à la chandell(e)

« Vieille au » sera donc prononcé "vièyo" (phonétique [viɛjo]).

De plus, on n’entendra pas le son [eu] (ø) final de « chandelle » car c’est ce que l’on appelle le phénomène du e caduc ou e muet).

Comment analyser un poème - Comment analyser un poème : La métrique

Comment analyser un poème : Les figures de style qui influent sur le rythme

Il existe des figures de styles qui sont utilisées pour donner une certaine rythmique et harmonie au poème.

L’allitération

C’est la répétition d’une ou plusieurs consonnes ou sons consonants dans plusieurs mots d’une même phrase

Exemple :

Pour qui sont ces serpents qui sifflent sur vos têtes ? (Jean Racine)

L’assonance

C’est la répétition d’une ou plusieurs voyelles ou sons vocaliques dans plusieurs mots d’une même phrase.

Exemple :

Il entend leurs cils noirs battant sous les silences (Arthur Rimbaud)

Astuce : nous vous donnons un petit moyen mnémotechnique pour différencier l’assonance de l’allitération. Le mot « allitération » se termine par une consonne, cela concerne donc les répétitions de consonnes ; le mot « assonance » se termine quant à lui par une voyelle, cela concerne donc les répétitions de voyelles.

Comment analyser un poème : Les rimes

Une rime est un phénomène acoustique et non grammatical de répétition qui se produit entre deux sons similaires, voire identiques, à partir du dernier mot à la fin de chaque vers.

Différence entre rime féminine et rime masculine

Les rimes sont classées en « genre », mais cela n’a rien à voir avec le genre grammatical.

Les rimes sont dites « féminines » lorsque la dernière lettre du mot des deux vers qui riment est un e caduc (ou e dit muet).

Exemple :

Puisque ta voix, étrange

Vision qui dérange (Paul Verlaine)

Toutes les autres rimes sont dites « masculines ».

Cette classification est purement stylistique et visuelle et elle n’intervient pas sur le son.

Exceptions : seront considérées masculines les formes du subjonctif « aient » et « soient », ainsi que toutes les formes de l’imparfait et du conditionnel qui se terminent en -aient, et ce même si il y a la présence du e muet devant la terminaison -nt. Attention donc à bien repérer ces temps, car toutes les autres terminaisons en aient qui ne proviennent pas de ces temps seront féminines.

Anecdote : dans la poésie classique, il était interdit de faire rimer une rime féminine avec une rime masculine, comme par exemple « nageoire » et « plongeoir » ou bien « claire » et « clerc ».

Les types de rimes - suivies, alternées et embrassées

Exemple de rimes suivies (AABB) :

Puisque ta voix, étrange

Vision qui dérange

Et trouble l’horizon

De ma raison, (Paul Verlaine)

Exemple de rimes croisées ou rimes alternées (ABAB) :

Vous qui ne savez pas combien l’enfance est belle,

Enfant ! n’enviez point notre âge de douleurs,

Où le cœur tour à tour est esclave et rebelle,

Où le rire est souvent plus triste que vos pleurs. (Victor Hugo)

Exemple de rimes embrassées (ABBA) :

Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées ;

Mon paletot soudain devenait idéal ;

J'allais sous le ciel, Muse, et j'étais ton féal ;

Oh ! là là ! que d'amours splendides j'ai rêvées ! (Arthur Rimbaud)

Comment analyser un poème - Comment analyser un poème : Les rimes

Comment analyser un poème : Les vers

Une fois que vous avez terminé l'analyse métrique et l'analyse des rimes, vous obtenez le squelette du poème. Il est maintenant temps de déterminer quel est le type de vers qui composent le poème que vous analysez, à l'aide des éléments dont vous disposez. Il faudra plus tard faire de même avec les strophes.

Mais qu'est-ce qu'un vers ? Un vers correspond à la plus petite unité rythmique qui existe dans un poème. Ils sont formés par de courtes phrases qui sont écrites sur chaque ligne. Les vers peuvent fonctionner seuls, en conjonction les uns avec les autres ou bien même en relation avec d'autres poèmes. Les vers forment des strophes qui donnent une structure à l'ensemble du poème. Le vers se mesure en comptant ses syllabes. Voici les différents types de vers qui existent :

Les types de vers les plus courants et les plus important

  • L’alexandrin : c’est vers de 12 syllabes, le type de vers le plus utilisé dans la poésie française. Il est généralement séparé en 2 hémistiches de 6 syllabes chacune.

Exemple :

Je ne vois pas pourquoi || je ne vous dirais point

Ce qu’à d’autres j’ai dit || sans leur montrer le poing. (Victor Hugo)

  • Le décasyllabe : c’est un vers de 10 syllabes. Ce type de vers était beaucoup utilisé au temps du Moyen-Âge, puis son utilisation a diminué au fil du temps. Souvent séparé en 2 hémistiches de 5 syllabes chacune.

Exemple :

Et d’étranges fleurs || sur des étagères,

Écloses pour nous || sous des cieux plus beaux. (Charles Baudelaire)

  • L’octosyllabe : c’est un vers de 8 syllabes.

Exemple :

Mignonne, allons voir si la rose

Qui ce matin avait déclose (Pierre de Ronsard)

Ces 3 types sont des vers pairs. Il en existe d’autres, comme :

  • L’hexasyllabe : vers de 6 syllabes
  • Le tétrasyllabe : vers de 4 syllabes
  • Le dissyllabe : vers de 2 syllabes

A l’inverse, il existe aussi les vers impairs, beaucoup moins utilisés :

  • L'hendécasyllabe : vers de 11 syllabes
  • L'ennéasyllabe : vers de 9 syllabes
  • L'heptasyllabe : vers de 7 syllabes
  • Le pentasyllabe, vers de 5 syllabes
  • Le trissyllabe : vers de 3 syllabes
  • Le monosyllabe : vers de 1 syllabe

Le vers libre

Il existe aussi le vers libre. Il n’obéit pas aux règles précédemment fixées, et il n’est pas aussi aisément identifiable que les autres. Il ressemble à une simple phrase, or il s’agit bel et bien d’un vers car il appartient au poème et il a bénéficié du retour à la ligne caractéristique du poème. Il est généralement isolé du reste des autres strophes.

Comment analyser un poème : Les strophes

Un poème est constitué de strophes, l'unité rythmique supérieure au vers. Dans la poésie classique, la strophe est un ensemble formé par un groupe de vers ayant le même nombre de syllabes, avec des rimes et un certain rythme.

Les strophes les plus courantes

  • Le quatrain : strophe de 4 vers
  • Le tercet : strophe de 3 vers
  • Le distique : strophe de 2 vers
  • Le quintil : strophe de 5 vers

Les autres types de strophes moins courantes

Le monostique (1 vers), le sizain (6 vers), le septain (7 vers), le huitain (8 vers), le neuvain (9 vers), le dizain (10 vers), l’onzain (11 vers), le douzain (12 vers). A partir de 13 vers, les strophes n’ont plus de noms spécifiques.

Forme de poème selon les strophes qui le composent

Un sonnet est une forme de poème qui comporte 2 quatrains et 2 tercets.

Comment analyser un poème : Le lyrisme

Après avoir analysé les composantes externes du poème comme la métrique des vers, les types de rimes, les types de vers et les types de strophes, il nous reste à étudier l'intérieur du poème en se concentrant notamment sur le lyrisme.

Il existe différents thèmes lyriques :

  • Le sentiment du beau et du laid : expression de la beauté et la laideur des choses et gens qui nous entourent, etc.
  • Le sentiment du bien et du mal : questionnement sur la morale et l’éthique, etc.
  • La condition humaine : religion et spiritualité, mal du pays, mal de vivre, angoisses, etc.
  • La vie privée : sentiments, amitié, amour, famille, le bonheur, la souffrance.
  • Le souvenir : enfance, nostalgie, mort, séparation, etc.
  • Le monde qui nous entoure : la nature, le beau temps, la pluie, le jour, la nuit, l’environnement du poète, la société de l’époque, le contexte culturel, le travail, etc.

On remarque aisément la tonalité lyrique d’un poème grâce à plusieurs éléments qui peuvent se trouver dans le poème :

  • Champ lexical du vocabulaire affectif (amour, amitié)
  • Le point d’exclamation
  • L’apostrophe
  • Les interrogations
  • Certaines figures de style comme l’hyperbole, l’anaphore, les répétitions, les métaphores, allégories et comparaisons

Ces éléments vous aideront également à analyser d'autres types d'œuvres littéraires. Nous vous recommandons cet autre article de toutCOMMENT sur Comment analyser un texte littéraire.

Les autres éléments du poème

Dans le domaine de la poésie, comme dans d'autres genres littéraires, les poètes cherchent le plus souvent à embellir leurs œuvres en faisant appel à des figures littéraires. Le fait d'identifier et reconnaître ces éléments vous aidera à mieux comprendre le style du poète et ce qu'il veut exprimer à travers son poème. Dans cette optique, nous vous proposons de découvrir les principaux éléments afin que vous puissiez les reconnaître lorsque vous analysez un poème :

  • Les éléments phoniques : allitération, onomatopée, etc.
  • Les éléments morphosyntaxiques : ellipse, anaphore, parallélisme, etc.
  • Les éléments sémantiques : paradoxe, antithèse, ironie, comparaison, hyperbole, métaphore, métonymie, synecdoque, etc.
  • Les éléments basés sur la similitude : métaphore, comparaison, allégorie, etc.

Vous trouverez plus d'informations sur les figures de style dans notre article « Quelles sont les principales figures de style en littérature ».

Enfin, lors de l'analyse d'un poème, vous devrez également identifier le genre auquel il appartient. Parmi les plus populaires, citons : le sonnet (que nous avons déjà mentionné plus tôt dans cet article), l'acrostiche, le calligramme, l'ode, le pantoum, l'élégie, l'hymne, le haïku, la prose poétique, entre autres.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Comment analyser un poème, nous vous recommandons de consulter la catégorie Formation.

Écrire un commentaire

Qu'avez-vous pensé de notre article?

Comment analyser un poème
1 sur 3
Comment analyser un poème

Retour en haut