Partager

Quelle est la morale de l'Étranger de Camus

 
Par Rafadam. Actualisé: 16 janvier 2017
Quelle est la morale de l'Étranger de Camus

Nous verrons ici la morale que l'on peut extraire de L'Étranger (1942) d'Albert Camus. Ce petit roman est l'un des chefs-d'oeuvre du prix nobel, pièce maîtresse de son cycle de l'absurde, avec La Peste.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Résumé de "L'Étranger" d'Albert Camus

Le style d'Albert Camus

Le récit est exprimé à la première personne du singulier, dans un vocabulaire basique, grâce à des phrases simples et le plus souvent courtes. Le lecteur est curieux de savoir comment pense ce personnage si étrange, envers lequel nous développons une certaine empathie, alors qu'il n'en a pas lui même. C'est le tour de force de l'auteur.

Image : portrait d'Albert Camus

Quelle est la morale de l'Étranger de Camus - Le style d'Albert Camus

Le personnage de Meursault

La mort de sa mère laisse Meursault indifférent. Premières phrases du roman : "Aujourd'hui maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas." Par la suite son nom n'apparaît presque jamais : c'est l'étranger, l'inconnu, un homme qui n'a pas d'empathie et qui jette sur le monde un regard inhumain, sans pitié, y compris sur sa mère défunte.

En outre, Meursault est honnête et voit le monde sans artifice, cru, sans mensonges ni subjectivité. Il est modeste et même courageux, tandis qu'on ne sait presque rien des autres personnages.

Le nom du personnage n'est surement pas dû au hasard : on peut l'interpréter comme l’association de deux termes meurt et sault qui sonne comme sot et qui serait comme une prémonition de la fin tragique du personnage principal, qui meurt sot, sans savoir vraiment pourquoi il meurt, comme tous les hommes, en proie à l'absurdité de l'existence humaine.

La morale de L'Étranger

Le lecteur comprend tout de suite que Meursault est étrange, mais les personnages secondaires qu'il croisera auront des points de ressemblance. Par exemple, le directeur d'asile avec qui il discute au début du roman, à l'enterrement de sa mère, est aussi insensible que lui. De même, Marie, la fille qu'il rencontre le lendemain, s'insurge qu'il veuille aller au cinéma le lendemain de la mort de sa mère, mais finit par oublier et aller voir le film... C'est donc une société hypocrite que Camus va décrire.

Plus tard, le procès sera une critique acerbe d'une justice qui dit juger les faits, alors qu'elle s'attache à des phrases vides de sens et des règles morales déconnectées de la réalité. Finalement le lecteur perçoit la justice comme une entité sans empathie, comme l'Étranger qu'elle condamne à mort. La société est absurde et vide de sens.

La question philosophique de fin

Les hommes sont dépeints comme des êtres qui manquent d'empathie, si bien que pour vivre ensemble, l'humanité inventés des lois et des règles, parfois non écrites, de respect, de tolérance et d'altruisme. Mais ces lois suffisent-elles à créer la société des hommes ? Camus ne tranche pas la question mais la soumet au lecteur. Peut-être pouvons-nous répondre qu'il faut développer l'empathie des hommes et rendre les lois les plus justes possibles, dans un combat quotidien vers l'altruisme et la vie en société.

Articles à découvrir :

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Quelle est la morale de l'Étranger de Camus, nous vous recommandons de consulter la catégorie Formation.

Écrire un commentaire sur Quelle est la morale de l'Étranger de Camus

Qu'avez-vous pensé de notre article?

Quelle est la morale de l'Étranger de Camus
1 sur 2
Quelle est la morale de l'Étranger de Camus

Retour en haut