Partager

Résumé de 1984 de George Orwell

Par Jérémy Sorbet. Actualisé: 13 septembre 2018
Résumé de 1984 de George Orwell

"1984" de George Orwell, un roman d'anticipation est considéré comme une oeuvre centrale dans la littérature mondiale et le genre de la science-fiction. Le roman traite d'un futur dystopique, c'est à dire qui dépeint un monde qui a mal tourné dans lequel les personnes ne sont pas heureuses. C'est le contraire d'une utopie. 1984 se situe durant un régime totalitaire, autoritaire et policier dans lequel les libertés, en particulier la liberté d'expression, sont complètement absentes et dans lequel le citoyen fait l'objet d'une surveillance permanente qui empêche toute vie privée.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Résumé court de "Fahrenheit 451" de Bradburry

Résumé de la partie 1

Chapitre 1

Winston Smith est un citoyen de Londres, ville de l'Oceania. Il vit dans un quartier morne et mène une vie solitaire. Il est constamment surveillé par des télécrans et des caméras de surveillance. Son train de vie est routinier : il mange, dort et part travailler. En d'autres termes, "métro, boulot, dodo". Son emploi consiste à réécrire les livres d'Histoire afin de corroborer les versions du chef de l'État, Big Brother.

Cependant, Winston décide de commencer à écrire un journal intime dans lequel il exprime son mécontentement contre Big Brother, chose qui pourrait lui attirer de graves ennuis. Il doit, en plus, se cacher de "l'œil" de Big Brother placé dans son télécran, qui le surveille en permanence. Winston suspecte O'brien, un membre haut-placé du parti, de faire partie de la Fraternité, un réseau clandestin de conspirateurs, et Julia, une membre de la ligue anti-sexe, d'être une espionne.

Chapitre 2

La voisine de Winston, Mme Parson, vient lui demander service. Winston entre chez elle pour déboucher son évier, et est surpris par le degrés d’endoctrinement des enfants. Il devient de plus en plus clair que dans ce pays qu'est Océania, le simple fait de penser est un crime punissable de mort.

Chapitre 3

Winston est réveillé par le télécrans pour la gymnastique obligatoire du matin.Il se met à penser à son enfance et à sa famille, disparue quand il était enfant, probablement lors des premières purges du parti. Les souvenirs sont vagues et confus autour des événements historiques. L'histoire d'Océania est sans cesse réécrite.

Chapitre 4

Le travail même de Winston consiste à réécrire l'Histoire. Il réédite de vieux articles du Times pour adapter l'histoire à la volonté du parti : Les événements sont réécrits, les personnes éliminées par le partie disparaissent complètement des registres comme s'ils n'avaient jamais existé et des héros fictifs sont inventés. Les vieux papiers sont ensuite brûlés dans le "trou de mémoire".

Chapitre 5

Winston déjeune avec son collègue Syme, dont le travail est de rédiger le dictionnaire Novlangue, la langue que devra supplanter la langue actuelle. Cette langue consiste à éliminer drastiquement le nombre de mots existants, rendant impossible le fait d'articuler une pensée. Winston croise le regard de Julia, persuadé qu'il s'agit d'une espionne.

Chapitre 6

En continuant l'écriture de son journal, Winston se rappelle de son ex-femme, Catherine. Les mariages doivent être autorisés par le parti, et leur seul but est la conception d'enfants. Le parti essaie de limiter le désir sexuel de ses membres en interdisant tout mariage entre deux personnes attirées l'une par l'autre. Faute d'enfant, Winston a pu divorcer de Catherine, une femme dépourvue de toute sensualité.

Chapitre 7

Winston continue la rédaction de son journal intime et à mesure que le télécrans débite des nouvelles, il a l'impression d'être le seul à se rendre compte que tout est une supercherie. Il se demande quelle est la finalité de tels mensonges. Il pense que la seule solution se trouve dans la révolution du prolétariat, mais celui-ci n'a pas conscience de la situation. Il pense qu' O'brien partage ses idées.

Chapitre 8

Winston préfère déambuler dans les rues du quartier prolétaire plutôt que de participer à un événement du parti. Il sait que sa conduite est désapprouvée. Il discute dans un bistrot bondé avec un vieillard sur la période pré-révolutionnaire, puis finit par entrer chez un antiquaire, le même où il acheta son journal qui lui permet d'écrire ses pensées. Il visite la chambre située au dessus du magasin et songe à la louer. Sur le chemin du retour, il se rend compte qu'il est suivi par Julia, et prend peur.

Résumé de la partie 2

Chapitre 1

Quelques jours plus tard, Winston croise julia au Ministère de la Vérité, et celle-ci s'arrange pour lui faire passer un mot où il est écrit "Je vous aime". Winston est perplexe et décide d'arranger un rendez-vous. Une semaine plus tard, profitant d'un moment de liberté, ils arrivent finalement à se donner rendez-vous.

Chapitre 2

Winston et Julia se retrouvent à la campagne, à l'abri d'une clairière. On apprend que Julia exècre aussi le parti, mais qu'elle ne laisse rien paraître. Ils couchent ensemble, ce qui constitue un affront pour le Parti.

Chapitre 3

Le relation entre Winston et Julia se développe à l'abri des yeux et micros du Parti. Julia refuse de croire en l'existence de la fraternité. Winston considère qu'ils sont en sursis malgré toutes le précautions qu'ils prennent.

Chapitre 4

Les deux amants se retrouvent dans la chambre au-dessus de l'antiquaire pour partager leur intimité. Winston se rend compte qu'il éprouve de réels sentiments pour Julia. Un rat apparaît dans la chambre, et on apprend que Winston à la phobie des rats.

Chapitre 5

La chambre au-dessus de l'antiquaire constitue un véritable paradis pour Julia et Winston. Leur complicité est renforcé par le caractère éphémère de leur relation, car ils savent qu'ils peuvent être arrêtés à tout moment. Les deux amants se laissent aller à leur pensée et rêvent de monter un mouvement de rébellion contre le Parti. Winston fait part à Julia de sa rencontre avec O’Brien.

Chapitre 6

Le moment que Winston attendait arrive enfin, O'brien s'adresse à lui. ce dernier lui communique son adresse personnelle.

Chapitre 7

Winston parle de ses souvenirs d'enfance avec Julia, il se sent triste et abattu, estimant que tout changement est impossible.

Chapitre 8

Les deux amants décident de se rendre chez O'Brien pour lui avouer leur souhait de travailler contre le Parti. O'Brien confirme qu'il est membre de la Fraternité, et accepte que Winston et Julia se joignent à la cause.

Chapitre 9

Winston et Julia doivent lire un livre écrit par Emmanuel Goldstein, le fondateur du mouvement. Ce livre révèle la choquante vérité sur le parti et Big Brother, mais rien que Winston ne savait pas déjà.

Chapitre 10

Winston et Julia se font arrêter dans la chambre par la police de la pensée. Il étaient surveillés, le vieil antiquaire était en fait en fait un membre du parti.

Résumé de la Partie 3

Chapitre 1

Winston est enfermé dans une cellule sans fenêtres dans ce qu'il soupçonne être le Ministère de l'Amour. Il rencontre plusieurs prisonniers, dont son ancien voisin Parson, dénoncé par sa propre fille. Il espère un geste de O'Brien, mais quand celui-ci apparaît, il apprend qu'il ne fait pas partie de la Fraternité, bien au contraire. Son travail est de traquer les opposants.

Chapitre 2

Winston est torturé et interrogé. Il finit par avouer une multitude de crimes qu'il n'a pas commit. O'Brien lui dit que la seule vérité qui existe est celle du partie. Il lui annonce que Julia l'a dénoncé et qu'elle est retournée auprès du parti.

Chapitre 3

O'Brien continue de torturer Winston dans le but de rectifier sa façon de penser et de le ramener auprès de Big Brother et du Parti. Winston est considéré comme un cas difficile, mais O'Brien est persuadé qu'il finira par changer.

Chapitre 4

La torture s’arrête et Winston récupère peu à peu. Il avoue cependant qu'il continue à haïr Big Brother.

Chapitre 5

Il est alors amené en salle 101, où il sera confronté à sa plus grande phobie : les rats. Winston finit par trahir Julia en demandant qu’elle prenne sa place. O’Brien est satisfait du résultat.

Chapitre 6

Winston est relâché mais il n'est plus que l'ombre de lui-même . Il n’a plus l’idée de se révolter.. Il rencontre Julia par hasard et ne ressent plus rien pour elle. Winston est apaisé: désormais il aime Big Brother.

Analyse de 1984

1984 est une dystopie

La dystopie est le contraire d'une utopie : on y décrit un monde terrible, le plus souvent totalitaire, loin d'être idéal. On rattache ce genre à la science-fiction, bien qu'il n'y ait pas ou peu d'éléments technologiques et scientifiques, ce qui est le cas de 1984.

La dystopie est un outil pour montrer au lecteur ce que la société pourrait devenir ou les maux dont elle souffre ou a souffert. Au lieu de critiquer directement le Nazisme et le totalitarisme communiste, Orwell nous décrit une société fictive, et ce, pour éviter que le lecteur parte sur des opinions préconçues et rendre le message plus universel.

Entre réalité et fiction

Orwell force le trait des sociétés dont il veut faire la critique, sans toutefois tomber dans une caricature simpliste et ridicule, qui serait trop déconnectée de la réalité historique.

Exemples :

  • Les enfants qui dénoncent leurs parents rappellent les jeunesses hitlériennes
  • La torture de Winston Smith rappelle l'Inquisition.

Le lecteur fait le lien entre la société fictive d'Orwell et les événements historiques réels des siècles passés.

La morale de 1984 de George Orwell

Orwell décrit un monde sombre, sans espoir et sans libertés, où la pensée des citoyens est contrôlée par le Parti (qui invente la Novlangue, un vocabulaire appauvri, la double pensée, qui consiste à penser une chose et son contraire, et une propagande qui permet de réécrire l'Histoire officielle). La rébellion de Winston est perdue d'avance, car l'État contrôle tout, surveille tout, est capable de tout renverser, même la Fraternité.

Orwell décrit indirectement ce qui est indispensable à une société pour ne pas sombrer dans le totalitarisme :

  • La liberté, en particulier d'expression
  • La capacité à penser par soi-même
  • La mémoire historique
  • La fraternité entre les citoyens

Le lecteur découvre aussi que la dictature d'Océania n'est pas incarnée par un seul homme (Big Brother ne désigne par un individu) mais que c'est le Parti, c'est-à-dire une organisation collective et conservatrice, qui dirige la société pour maintenir le statu quo. Pour Orwell, il en va de la responsabilité de chacun de veiller à la liberté, à l'esprit critique, à la mémoire historique et à l'entente fraternelle entre citoyens.

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Résumé de 1984 de George Orwell, nous vous recommandons de consulter la catégorie Formation.

Écrire un commentaire sur Résumé de 1984 de George Orwell

Que vous a semblé cet article ?
2 commentaires
Valorisation :
Nananere
Super résumé qui m'a bien aidé ! Merci à vous !
Valorisation :
Jacques BARRET
Merci pour ce résumé ! C'est un gros travail !
Je trouve seulement très dommage les fautes d'orthographe qui donnent un côté pas sérieux à votre travail. (...Il se met à pensé...les premières purge...les évènement sont réécrit...excités (pour existés) ...on apprend que Winston à la phobie des rats............
J'arrête là ! il y en a de trop !
L'orthographe est la politesse que l'on doit à ses lecteurs !
Faites-vous relire ! Vous n'en serez que plus récompensé.
Mais quand même, merci pour votre résumé !
Estelle Corre (Éditeur chez toutCOMMENT)
Merci Jacques pour ce commentaire très constructif. Nous essayons de relire chacun de nos articles petit à petit. Je vais effectuer la relecture de celui-ci le plus rapidement possible !

A bientôt sur toutCOMMENT !

Résumé de 1984 de George Orwell
Résumé de 1984 de George Orwell

Retour en haut