Partager

Quelle est la morale de la fable La colombe et la fourmi - Jean de la Fontaine

Quelle est la morale de la fable La colombe et la fourmi - Jean de la Fontaine
Image: data.abuledu.org

En une seule occasion l'écrivain Jean de la Fontaine a écrit des fables que l'on pourrait qualifier de jumelle. En effet, la fable La colombe et la fourmi n'est que la continuité du lion et du rat, ainsi ces deux textes vont ensemble car ils complètent et se complémentent, l'un ne va pas sans l'autre, ils sont l'alpha et l'oméga le positif et le négatif, le ying et le yang, nous sommes sûr que vous avez saisi l'idée ainsi que l'essence de notre idée diesel. Dans un article antérieur nous avons déjà traité la fable le lion et le rat et nous avons eu envie de remettre les pendules à l'heure en ne laissant pas pour compte la fable La colombe et la fourmi. Aujourd'hui vous l'aurez compris, nous nous sommes demandés Quelle est la morale de la fable La colombe et la fourmi - Jean de la Fontaine.

Ainsi nous vous invitons de continuer la lecture de notre article Quelle est la morale de la fable La colombe et la fourmi - Jean de la Fontaine afin que vous puissiez découvrir notre analyse et la réponse à cette question qui nous réunit tous ici aujourd'hui.

Qui est Jean de la Fontaine ?

Rappelons en quelques mots, si vous le permettez, qui était cet écrivain, nommé Jean de la Fontaine. Il est né à château-Thierry le 8 juillet 1621 et s'est évanoui le 13 avril 1965 dans cette belle ville qui est Paris. C'est un des poètes français les plus réputés principalement connu pour sa pléthore de fable mettant en scène des animaux. Il est très important de comprendre ce qu'est une fable avant de se lancer dans l'analyse d'une, comme il est tout aussi essentiel que de savoir ce qu'est l'alphabet afin d'écrire sa plus belle poésie.

Qu'est ce qu'une fable ?

Une fable est une courte histoire teintée d'humour, le plus souvent écrite en vers. Elle a pour but de distraire le lecteur tout en l'instruisant : c'est pourquoi, elle se conclut sur une leçon que l'on appelle la morale.

Jean de la Fontaine vivait donc sous Louis XIV, à cette époque la liberté créatrice n'était pas sensiblement la même que celle d'aujourd'hui, si par ses écrits un artiste désirait émettre une critique, il valait mieux se montrer malin et la dissimuler. La malice se niche dans la dénonce déguisée, sous couvert de bon mots et de situation pittoresquement théâtrale Jean de la Fontaine dénonce la société du roi Soleil. À cet exercice, Jean de la Fontaine se voit là érigé en maître car les héros de ces fables lui permettent de critiquer les acteurs principaux de la société dans laquelle il vit.

Dans le prochain paragraphe nous vous mettons une copie de la fable la colombe et la fourmi. Continuez votre lecture pour découvrir Quelle est la morale de la colombe et la fourmi.

La fable La colombe et la fourmi

"L’autre exemple est tiré d’animaux plus petits.

Le long d’un clair ruisseau buvait une Colombe,

Quand sur l’eau se penchant une Fourmi y tombe.

Et dans cet océan l’on eût vu la Fourmi

S’efforcer, mais en vain, de regagner la rive.

La Colombe aussitôt usa de charité :

Un brin d’herbe dans l’eau par elle étant jeté,

Ce fut un promontoire où la Fourmi arrive.

Elle se sauve ; et là-dessus

Passe un certain Croquant qui marchait les pieds nus.

Ce Croquant, par hasard, avait une arbalète.

Dès qu’il voit l’Oiseau de Vénus

Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête.

Tandis qu’à le tuer mon Villageois s’apprête,

La Fourmi le pique au talon.

Le Vilain retourne la tête :

La Colombe l’entend, part, et tire de long.

Le soupé du Croquant avec elle s’envole :

Point de Pigeon pour une obole."

Résumé et analyse de la fable la colombe et la fourmi :

Résumé de la fable La colombe et la fourmi :

Cette fable nous conte l'histoire d'une colombe et d'un fourmi, l'oiseau de la paix était en train de se désaltérer et a vu une petit fourmi qui voulait faire de même. Cependant la petite travailleuse tomba de tout son long dans le ruisseau. La colombe n'hésita pas une seule seconde et lui mit à disposition une brindille qui ferait office de promontoire pour le petit insecte. N'attendant rien de le part de personne, la fourmi s'enfuit traumatisée par l'expérience de la mort qu'elle venait d'avoir. C'est alors qu'un paysan équipé d'une arbalète vit au loin son dîner s'abreuvant en la personne de notre blanc oiseau. Le villageois prépare sa flèche et s'apprête à tâcher de rouge la blanche colombe, c'était sans compter l'intervention de la redevable petite fourmi qui piqua le "croquant" au talon, ce dernier surpris par cette attaque microscopique se retourna et le bruit qu'il fit permis à la colombe de l'entendre et de s'enfuir.

Analyse de la fable La colombe et la fourmi :

Comme nous l'avons dit dans notre introduction, cette fable reprend le même thème que celui de la fable le Lion et le Rat "On a souvent besoin d'un plus petit que soi". De la même manière que dans le lion et le rat, un plus gros animal, un plus noble tend la main à un plus petit et car il a aidé le plus petit, ce dernier n'hésite pas à lui retourner la faveur. Dans le cas précis de cette fable La colombe et la fourmi, "l'oiseau de Vénus" comme il est élégamment nommé par Jean de la Fontaine n'hésite pas à sauver la petite fourmi d'une mort certaine. Quant à la fourmi dès qu'elle eut l'occasion de retourner la pareille à la colombe elle fit de même, restant sur le même thème mais en variant les effets, ici Jean de la Fontaine essaye de nous dire qu'un bienfait n'est jamais perdu.

Quelle est la morale de la fable : La colombe et la fourmi ?

Comme nous l'avons évoqué précédemment le lion et le rat et la fable la colombe et la fourmi se suivent et partagent ainsi les morales, donc la morale ici n'est pas expressément exprimée dans le texte de la fable la colombe et la fourmi car elle se trouve dans le texte de la fable le lion est le rat. Néanmoins la voici pour vous :

  • "Il faut, autant qu'on peut, obliger tout le monde : On a souvent besoin d'un plus petit que soi."
  • "Patience et longueur de temps Font plus que force ni que rage."

On comprend aisément la portée de cette fable, il est important de ne pas mésestimer les plus petits que soi car ces derniers un jour pourrait bien venir en aide. Comme nous l'avons vu dans l'analyse, nous avons aussi compris cette fable comme "Un bienfait n'est jamais perdu", c'est à dire qu'une bonne action gratuite et désintéressée sera toujours quelque chose de positif car à son échelle elle rend le monde un petit peu meilleur. On peut aussi comprendre cette fable sous le thème du Karma car la colombe a aidé la fourmi alors qu'elle n'était pas obligée et cette dernière lui a rendue la pareille en lui sauvant la vie.

Si notre article Quelle est la morale de la fable La colombe et la fourmi - Jean de la Fontaine vous a plu, nous vous recommandons les quelques liens suivants :

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Quelle est la morale de la fable La colombe et la fourmi - Jean de la Fontaine, nous vous recommandons de consulter la catégorie Formation.

Écrire un commentaire sur Quelle est la morale de la fable La colombe et la fourmi - Jean de la Fontaine

Que vous a semblé cet article ?

Quelle est la morale de la fable La colombe et la fourmi - Jean de la Fontaine
Image: data.abuledu.org
Quelle est la morale de la fable La colombe et la fourmi - Jean de la Fontaine

Retour en haut