Partager

Analyse du roman "Le Ventre de Paris" d'Émile Zola

Par Rafadam. Actualisé: 5 février 2017
Analyse du roman "Le Ventre de Paris" d'Émile Zola
Image: tableau de Léon Lhermite, Les Halles (1895)

Découvrez ici une analyse du roman Le Ventre de Paris (1873) d'Émile Zola, chef de file du naturalisme et l'un des six écrivains enterré au Panthéon. Journaliste de profession, ses innombrables romans ont été traduits dans toutes les langues et adaptés pour certains au cinéma ou à la télévision. Son parti pris dans l'affaire Dreyfus (J'accuse) lui vaut un procès pour diffamation et l'oblige à gagner Londres. Les Rougon-Macquart (20 volumes) rend compte de la société française sous le Second Empire. On y suit la famille Rougon-Macquart sur plusieurs générations.

Cela pourrait aussi vous intéresser : Court résumé du Ventre de Paris de Zola

Le contexte historique

Émile Zola est reconnu pour ses peintures sociales, politiques et économiques des milieux qu'il a pu côtoyé ou sur lesquels il menait de véritable études de terrain. Dans Le Ventre de Paris, il s'intéresse aux Halles de Paris et aux gens qui y habitent ou y travaillent. Certains diront qu'il a subi une déformation professionnelle, ayant été longtemps un excellent journaliste. Il est vrai que le roman décrit minutieusement le milieu (par exemple, quand Zola décrit les étalages de poissons, de fruits, de viandes ou de fromages, sans épargner un seul détail au lecteur), au point de rappeler une enquête journalistique, mais ce roman n'a pas qu'un intérêt documentaire et historique.

Revenons un instant sur la période littéraire à laquelle Zola prit part.

Qu'est-ce que le Naturalisme ?

Le Naturalisme est une école qui hérite des acquis du réalisme et vise à dépeindre la réalité dans tous ses aspects, y compris les plus communs et banales, et ce de manière objective. Elle tranche avec le Romantisme, très subjectif, parfois fantastique, au point d'idéaliser un personnage ou une situation, afin de délivrer une morale.

Le chef du file du naturalisme en littérature est Émile Zola, auteur d'une fresque littéraire, les Rougon-Macquart (20 romans). Le recueil de nouvelles Les Soirées de Médan est considéré comme le manifeste du naturalisme. Il réunit 6 nouvelles, signées par les auteurs suivant :

  • Émile Zola (1840 -1902) : L'Attaque du Moulin
  • Guy de Maupassant (1850 - 1893) : Boule de Suif
  • J.-K Huymans (1848 - 1907) : Sac au dos
  • Henry Céard (1851 - 1924) : La Saignée
  • Léon Hennique (1850 - 1935) : L'Affaire du Grand 7
  • Paul Alexis (1847 - 1901) : Après la bataille

Ce qui distingue le Naturalisme du réalisme, c'est la dimension scientifique du naturalisme, c'est à dire l'idée selon laquelle l'homme en société est soumis à des lois qui façonne son destin. Zola se proposait d'étudier ces lois sociales et génétiques.

Article recommandé : Quelle est la différence entre Réalisme et Naturalisme ?

Le jeu des contraires

Émile Zola se sert des personnages pour jouer sur les contrastes. Il renforce la maigreur et la misère de Florent en le rapprochant de son demi-frère Quenu, qui est gras et qui vit dans l'opulence. Florent a été malchanceux, Quenu a toujours été gâté par la vie.

Le jeu des contraste entre maigres et gras parcourttout le roman comme un fil rouge. Et ce n'est pas un hasard, car on s'est bien que Zola, à l'image des études préliminaires qu'il faisait avant de se lancer dans la rédaction, ne laisse strictement rien au hasard, du moins pas grand-chose.

Mais ce contraste n'est pas que physique, il est aussi social, économique et politique. D'un côté, Florent et les maigres, des Républicains près à la révolte, de l'autre Quenu et les gras, des bourgeois qui soutiennent l'Empire de Napoléon et l'ordre établi. Zola réinvestit donc l'antique affrontement entre deux visions incompatibles du monde.

L'intrigue et le style

On pourrait croire que le roman brille par le témoignage poignant que nous offre Zola. Mais le style et l'intrigue sont les véritables moteurs de cette histoire. Le style est riche et très visuel, au point que lecteur, sent, ressent, voit et vit les Halles. La plume de Zola fluidifie le texte et rend les longues descriptions digestes.

Enfin, l'intrigue. Le lecteur sait depuis le début que Forent n'est pas fait pour vivre parmi Quenu et les gras des halles. Il essayera, mais renouera vitre avec ses idéaux révolutionnaires et son destin chaotique. Le lecteur ne le souhaite pas mais il sait qu'il finira mal. Cette ambiguité créé du stress et une attente qui pousse le lecteur à tourner les pages. Cette technique du destin tragique annoncé rappelle la tragédie grecque et créé le suspense. Sans parler de la surprise finale, qui marque le lecteur pour longtemps.

Des résumés et analyses à découvrir

Si vous souhaitez lire plus d'articles semblables à Analyse du roman "Le Ventre de Paris" d'Émile Zola, nous vous recommandons de consulter la catégorie Formation.

Écrire un commentaire sur Analyse du roman "Le Ventre de Paris" d'Émile Zola

Qu'avez-vous pensé de notre article?
1 commentaire
Sihem ouadah
Analyse de roman "le ventre de paris" Émile Zola

Analyse du roman "Le Ventre de Paris" d'Émile Zola
Image: tableau de Léon Lhermite, Les Halles (1895)
Analyse du roman "Le Ventre de Paris" d'Émile Zola

Retour en haut